Newsletter

Inscription à notre newsletter

Editorial

Chères lectrices, chers lecteurs,
Une nouvelle année démarre et avec elle toutes les espérances que nous fondons pour 2017. Toute l’équipe qui anime le Cercle National du Coaching (son Conseil d’Administration, ses correspondants régionaux et tous ses membres) se joint à son Président pour vous souhaiter une très belle année 2017, tant sur le plan professionnel que personnel.
Gageons que nous sommes à l’aube de profonds changements dans le monde des organisations, notre principal sujet d’étude au CNC. C’est pourquoi je vous invite à partager cette réflexion sur la question de l’employabilité.

L'employabilité, un risque humain pas comme les autres.

Employable, ça veut dire quoi ? En fait, tout et rien, car l'individu est employable ou ne l'est pas selon le contexte économique, social, organisationnel, temporel... dans lequel il évolue. Il est employable ici, il ne l'est pas ou moins là-bas ; il est employable aujourd'hui, il ne l'est plus demain.
Malgré cela, il y a des éléments convergents concernant l'employabilité, et ce quelle que soit la culture, quel que soit le contexte économique ou technologique. L'employabilité est liée aux compétences, mais pas seulement. C'est pourquoi un salarié peut avoir une bonne employabilité dans un nouveau métier. Il sera alors tenu compte de sa capacité d'adaptation, de ses compétences transversales, de sa maturité professionnelle, de son parcours marqué par le changement ou non.
L'environnement professionnel a également un rôle à jouer sur l'employabilité des personnels. L'autonomie, les responsabilités accordées, le management participatif contribuent à maintenir l'employabilité. Les activités extra-professionnelles sont aussi à prendre en compte. Et puis, la personnalité du salarié et ce qu'elle comporte d'ouverture, de connaissances, de potentiel.
Le maintien de l'employabilité est donc de la responsabilité tant des entreprises que des salariés. Quels intérêts pour eux ?
Pour le salarié comme pour l'employeur, l'intérêt du maintien de l'employabilité porte sur l'autonomie. Quand le salarié est autonome, l'entreprise est autonome. Un salarié autonome, c'est une personne qui maîtrise ses compétences et est capable de les adapter aux circonstances du marché du travail, à ses désirs professionnels, aux exigences de l'entreprise. Une entreprise autonome est une entreprise qui n'est pas tutrice de ses salariés. Elle n'en a donc pas la charge, mais dispose de leurs compétences à un moment donné et a la responsabilité d'offrir des conditions de travail qui valorisent ces compétences.
C'est là où l'activité apparait comme insuffisante pour maintenir l'employabilité d'un salarié. L'activité, pour être source de maintien de l'employabilité, doit s'exercer dans un contexte de responsabilisation du salarié, d'accession à la formation, de valorisation de l'innovation, de possibilité de mobilité interne ou externe à l'entreprise.
Saint-Exupéry disait que nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, mais que nous l'empruntons à nos enfants. Dans une logique similaire, nous pouvons dire que l'entreprise n'est pas héritière des compétences de ses salariés, mais qu'elle les emprunte pour construire l'avenir. Le maintien de l'employabilité d'un salarié est donc une condition à la poursuite du développement de la société des hommes.

Thierry BIANCHI
Président du Cercle National du Coaching
§ Sabine VANSAINGELE, consultante, Présidente de STB Conseil.