Newsletter

Inscription à notre newsletter

Coaching en création ou reprise d’entreprises : un atout majeur

En quoi l’accompagnement dans ce domaine est-il un coaching ?

Créer ou reprendre une entreprise n’est pas un acte anodin ni simple, pour la majorité des individus, que l’on soit entre deux postes ou en poste.
Bien que beaucoup de personnes envisagent de créer leur propre emploi, peu passent à l’acte.
Nous allons définir les catégories habituelles de salariés voulant se lancer dans ce type de changement de vie.

Nous nommerons la première catégorie de salarié « fuite en avant ».
Il s’agit de celui qui a l’impression de ne pas avoir d’autre choix, il ne voit pas d’autre solution pour avancer dans sa vie professionnelle et/ou personnelle.

Dans la seconde catégorie, le projet est « murement réfléchi ».
La personne a pris le temps de la réflexion, d’hésiter, de revenir plusieurs fois sur le principe et finalement se lance dans la démarche de création ou de reprise d’entreprise.

Dans ces deux cas de figure, les salariés ont besoin d’un accompagnement sur leurs démarches de création ou de reprise, notamment sur leurs changements de statuts professionnels et personnels.

Il faut savoir qu’au départ de l’accompagnement, le rôle du coach est le même et devient différent quand la certitude du choix a bien été établie par la personne coachée.
Cette première partie de l’accompagnement a pour but de définir dans quelle catégorie la personne se trouve réellement.
Pour la première catégorie, il ne s’agit pas d’un accompagnement pour une création ou une reprise d’entreprise, mais de faciliter le recentrage sur sa vision de sa carrière et de l’accompagner pour qu’elle prenne conscience de sa « fuite en avant », lui faire découvrir les freins qui lui ont fait croire que cette solution miracle était la bonne pour elle.
Le travail sera de lui faire définir les raisons réelles de ce « choix par défaut » et qu’elle puisse prendre conscience des différentes autres options qui s’offrent à elle, de découvrir les vraies raisons de cette création ou reprise pour qu’elle prenne conscience des freins et des potentialités qu’elle a dans les différents chemins qui s’offrent encore à elle.

Pour les personnes qui prennent conscience de leur « fuite en avant » (la majorité), le travail consiste à leur faire découvrir leurs freins vis-à-vis de solutions visiblement plus faciles pour elles, mais qu’elles ne savent plus voir clairement pour retrouver une perspective professionnelle.

Après ce premier travail d’accompagnement où les personnes confirment ou non leurs choix, conscientes de vouloir être des créateurs ou repreneurs d’entreprises, alors un autre travail commence, basé sur la posture, l’acceptation du changement de statut professionnel et personnel, la gestion de l’effet « tête dans le guidon », l’acceptation de la solitude qui résulte de cette nouvelle posture professionnelle.

Il s’agit à présent pour le coaché, appelons-le ainsi, de prendre conscience des changements et des freins qu’il peut y avoir par rapport à sa vie professionnelle antérieure, les relations personnelles et familiales qui sont en jeu, le rapport à l’argent, sa façon de voir sa future toute-puissance.... en tant que dirigeant.

Le coach doit amener son client à percevoir sa vision et son approche de ces problématiques et l’amener à les définir puis y apporter peut être une vision différente, mais sans toutefois déstabiliser les raisons qui ont amené son client dans telle ou telle direction.

Le but pour le coach est d’amener sont client à avoir une vision élargie de sa nouvelle posture, qu’il puisse aborder sa création ou reprise d’entreprises avec une ouverture d’esprit personnelle, qu’il ne reproduise pas des modèles qui ne lui correspondrait pas forcement, mais auxquels il pourrait « s’accrocher » et qui à terme ne lui permettrais pas de ce développer en tant que chef d’entreprise, voir, risquerai d’être un frein pour son développement dans cette nouvelle posture.

Après cette première phase d’accompagnement, le coaching évolue vers un accompagnement plus technique, de formation sur les différents éléments à connaître pour une création ou une reprise d’entreprise : les aspects commerciaux, juridiques, comptables, mais cela avec un regard positif sur sa posture et certaines certitudes qui lui permettront de pouvoir négocier avec les différents acteurs et montrer sa détermination vis-à-vis de partenaires ou de salariés.

Christian GIROUD
Trésorier du CNC et dirigeant de Référentiels Projets, entreprise qui coache les créateurs et repreneurs d’entreprises